Lâcher-prise

Bonjour à vous tous, randonneurs sur le chemin de vie !
Dans cet article,  je voudrais revenir sur la locution verbale : lâcher-prise, utilisée à toutes les sauces, proposée comme la « solution fourre-tout » à bien des difficultés quotidiennes…Vous vous sentez tendu ? Lâchez prise… Vous ruminez toujours les mêmes idées ? Lâchez prise…Il semble que cette « injonction » lâchée à tout bout de champ, soit le remède à la mode pour bien des maux. Mais en quoi consiste-t-il vraiment, ce lâcher prise ?

Lachez prise !

Lachez prise !

Lâcher prise, sous-tend obtenir un relâchement…

Cela voudrait-il signifier que lâcher prise c’est pratiquer une activité qui induit un relâchement musculaire, mental  pour mieux faire face aux aléas de la vie et à toutes sortes de tensions ?  D’une certaine façon, le fait d’apprendre à se libérer de ses tensions musculaires ou neuronales permet effectivement de gagner en sérénité, d’aller vers un apaisement intérieur.  La pratique d’une activité sportive amène cette évacuation salutaire de ce qui peut nous nouer (colère, exaspération, pensées parasites…) De même, la pratique de la relaxation mentale (méditation, sophrologie…) permet d’atteindre un état de conscience modifié, propice à la distanciation de ce qui est anxiogène…

Qui dit lâcher-prise dit également arrêter de tenir….

Cela voudrait-il signifier alors que lâcher prise serait de mettre fin à certaines situations qui nous sont difficiles, à certains schémas récurrents insupportables, qu’on ne peut plus supporter et par là-même, qui sont tout juste bons à lâcher ? Il s’agirait alors d’abandonner consciemment une manière que nous avons d’agir, au profit d’une autre posture, une autre attitude qui nous semblerait plus supportable ???  Nous nous mettons toujours en position de porter, tel Atlas qui portait le monde, comme si nos épaules n’étaient faites que pour porter, alors qu’elles sont peut-être la clé du laisser-aller… Les clavicules signifient étymologiquement « petites clés » et leur traduction en hébreu signifie « verrou »… Cependant, lorsque lâcher prise devient un objectif, une stratégie de mieux-être, cette démarche nécessite une mobilisation d’énergie pour la mettre en œuvre. N’est-il pas alors antinomique de faire un effort pour lâcher-prise ?

Lâcher sans effort

Alors comment lâcher-prise sans effort, sans discipline ? Lâcher-prise serait alors : se laisser aller, s’ouvrir à soi et aux autres, ouvrir ses mains et ne plus s’accrocher…ouvrir son cœur et accueillir…Lâcher prise serait ETRE DANS L’ABANDON DE SOI…Lâcher prise serait de changer totalement de conception de vie, de s’éloigner du mode de fonctionnement de notre société qui consiste à nous faire participer à la course du toujours plus, par peur du rien… Et si lâcher prise, nous invitait précisément à expérimenter ce rien,  à envisager d’avoir moins pour être mieux ! Vidons, lâchons et revenons vers l’essentiel ! Facile à dire mais pas à faire…

La nature nous montre comment faire

La nature nous montre comment faire

La nature nous montre comment faire

La nature sait parfaitement faire : l’arbre porte ses fruits jusqu’à maturation et lorsque ses fruits sont bien murs, ils tombent, sans effort, naturellement…Le fruit en tombant à terre, va non seulement permettre à de nombreux insectes de se nourrir, mais va également fertiliser la terre.  Ses graines ou son noyau, sous l’effet du cycle de la nature, vont alors donner vie à une tige qui deviendra au fur et à mesure du temps un arbre….. Tout se fait dans cette compréhension innée de chaque organisme vivant à sa place… Tout s’inscrit dans l’immuable (qui par nature reste identique), dans une confiance aveugle dans les lois de l’univers…Force est de reconnaître combien ce lâcher-prise, cette notion d’abandon de soi peuvent être difficile à expérimenter ! Le mental exerce d’ailleurs sans arrêt un rôle de censeur, et nous maintient dans nos croyances limitantes…Alors ? Alors, il semble que seules la foi et la certitude que l’univers fait ce qui est juste pour nous, pour les autres et pour lui-même, pourraient tempérer le mental et ainsi nous permettre d’accéder au lâcher-prise.  Cela impliquerait également d’accepter qu’à l’instant où toute chose se fait, nous n’en ayons pas forcément la compréhension immédiate. Si nous avons foi dans cet univers où tout est relié, où chacun de nous (souvent à son insu) a une mission à remplir, nous accepterions sans doute de nous abandonner totalement. Nous le ferions, sans crainte, en faisant cohabiter harmonieusement notre foi et notre discernement !

Lâcher prise et s’ouvrir à la surprise

Stopper notre autocontrôle ou celui que nous exerçons sur notre environnement pour laisser l’univers se charger de tout, permet de s’ouvrir aux surprises de la vie…Dès lors où nous ne tirons plus les ficelles, où nous laissons être ce qui doit être, nous nous ouvrons au champ des possibles…Si nous n’attendons rien de particulier, alors tout peut nous être proposé.

S'ouvrir à la surprise

S’ouvrir à la surprise

L’impensable s’offre à nous (bon ou moins bon) parce que nous n’avons PLUS PEUR d’expérimenter. Nous n’avons plus peur de VIVRE INTENSEMENT. Lâcher-prise signifierait donc, l’abandon de soi dans L’OUVERTURE A LA VIE, avec la certitude que ce que nous vivrons (quel que ce soit), nous sera utile pour avancer sur notre chemin, pour nous  rendre meilleur !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *