La culpabilisation

C’est quoi la culpabilisation ?

C’est la manipulation langagière (utilisant le langage) la plus fréquentes !

Pour comprendre, prenons le cas d’une discussion  au sujet de la Saint Valentin, dans un couple recomposé. L’homme a envie d’aller dîner le 14 février au restaurant avec sa compagne pour sortir de la routine habituelle du dîner chez l’un ou chez l’autre. Celle-ci répond que ce ne sera pas possible puisqu’elle a proposé à sa fille de l’accompagner à la gare ce même jour, à 22h.

La réponse de la femme laisse entendre que le sujet est donc clos. Or, on en reste rarement là, dans nos échanges. Car ce n’est pas vraiment la situation qui nous  blesse mais bien la charge émotionnelle qu’elle véhicule ! A ce stade de la situation, l’indisponibilité de la femme va provoquer de la déception chez son compagnon, qu’il ne va pas montrer, mais qu’elle va ressentir

On peut alors imaginer qu’il va faire culpabiliser sa compagne ?

Non dans notre exemple, l’homme n’utilise pas sa déception, contre sa compagne….

Alors qui culpabilise qui ?

Et bien, comme la femme n’assume le choix qu’elle a fait (d’emmener sa fille à la gare et de ce fait, de ne pas être totalement disponible le soir de la Saint Valentin), elle va éprouver de la culpabilité de décevoir son compagnon. Et comme ce sentiment n’est pas agréable pour elle, elle va probablement retourner la situation en sa faveur pour se sentir mieux, en culpabilisant son compagnon.

Comment s’y prend-elle ?

Elle a, à sa portée, 3 types de culpabilisation :

  • L’une qu’ont dit maternelle : dans notre exemple donné, la femme pourrait dire à son compagnon : « tu pourrais comprendre que ma fille a besoin de moi »…
  • Il y a aussi la culpabilisation paternelle : « tu crées les situations conflictuelles ».
  • Enfin la dernière culpabilisation est la culpabilisation fraternelle. « Tu pourrais te mettre à ma place, toi aussi tu as des filles ».

Nous utilisons tous tel ou tel type de culpabilisation en fonction de l’objectif poursuivi.

Comment sortir de ces jeux relationnels « toxiques » ?

En LES REPERANT le plus tôt possible pour reprendre et assumer sa part de responsabilité ou pour aider l’autre, dans la relation, à l’assumer.

 

Quand on assume ses choix, ses actes, et que l’on assume tout autant les choix et les actes de l’autre, alors on évite les comportements relationnels toxiques et on favorise la sérénité dans la relation. Christine Deiss

Repérer les signes avant coureurs d’une relation toxique

 

Pour en savoir plus sur ce sujet, venez assistez à la conférence gratuite qui aura lieu le mardi 10 mars 2020 à 19h à Saint-Cyr-sur-Loire, au centre de vie sociale.

Entrée gratuite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *